Nouvelle année, nouvelle formule ! 

C'est l'été .... Une petite causerie en terrasse, bien à l'ombre, ça vous dirait  ?

(source : pinterest : smallprettyhouses.tumblr.com)

Vous êtes bien installées ? Alors, on continue ... Je vais vous raconter les derniers potins !

* Sauvons les Kevin ...

Kevin Fafournoux, un Parisien de 34 ans, a décidé de défendre son prénom et de casser tous les préjugés qui lui collent à la peau. En juin 2022, il a lancé une campagne de financement participatif pour réaliser un documentaire sur le sujet qui se nommera « Sauvons les Kevin ».

Beauf, ringard, de mauvais goût. Le prénom Kévin n’a pas vraiment la cote en France. Les hommes qui le portent sont souvent la cible de moqueries voire de discriminations. L’heure de la revanche a-t-elle sonné pour eux ? Kevin Fafournoux, un graphiste et réalisateur, souhaite consacrer un documentaire à ce prénom. Il a donc lancé une campagne de crowdfunding (plateforme participative) le jour de la Saint Kévin célébré le 3 juin en France. 15 031 € ont été récoltés ce lundi 11 juillet 2022. 

Depuis la médiatisation du projet du documentaire, le réalisateur croule sous les témoignages. « Je pense en avoir reçu 200 et il y en a qui souffrent des stéréotypes », nous confie-t-il. Il y a Kevin le psychologue qui hésite à inscrire son prénom sur sa plaque par peur de perdre en crédibilité. Kevin le médecin qui a toujours senti qu’avec un tel prénom il était étonnant pour certains qu’il occupe ce poste. « Il y a deux sujets qui reviennent : le côté sentimental et la discrimination au travail. » Certains optent pour des pseudonymes sur les applications de rencontres. « En s’appelant Kevin, ils n’ont aucun match. En le changeant, oui… » D’autres entendent lors des entretiens d’embauche que les « Kevin ne sont pas des gens compétents ».

Kevin Fafournoux, lui, assure le vivre avec philosophie. Mais cela ne l’a pas empêché d’être blessé lors du mariage d’un ami. « Nous étions à la mairie. Le maire a énoncé l’état civil du marié et son deuxième prénom est Kevin. Il n’a fait aucune blague et pourtant la salle a commencé à rire. Je me suis vraiment senti mal. » Le documentaire permettra de mettre en avant les témoignages recueillis mais également l’histoire du prénom trop souvent ignorée. « Je compte me rendre dans un village en Irlande où le saint Kevin de Glendalough serait apparu », nous explique Kevin Fafournoux. Le tournage débutera à l’automne 2022. 

Ce prénom est devenu extrêmement populaire dans les années 90 grâce aux émissions télévisées ou films venues des États-Unis : Danse avec les Loups avec Kevin Costner ou encore le long-métrage Maman, j’ai raté l’avion dans lequel le personnage star se nomme Kevin McCalister. 13 323 petits garçons nés en France 1991 portent ce prénom, rappelle Le Parisien. Les parents de Kevin Fafournoux ont décidé de le baptiser ainsi après une conversation anodine. « Une collègue de ma mère avait appelé ainsi son prénom et elle a aimé la consonance. » (voir suite article sur le site ouest-france.fr)

MjAyMjA3MjRjMzJlZTEyNDM5M2VlMTU4YjIwM2Q1MGJiZGNhNTQ

* Résistance ...

Face à l'inflation, l'aquarium de Hakone-en, dans la préfecture de Kanagawa au Japon, a dû faire quelques sacrifices. Et ce sont les pingouins, dont le palais délicat était habitué à de la nourriture de qualité, qui ont trinqué. 

Mais, désormais sustentés par des maquereaux de moindre qualité et bon marché depuis le mois de mai, ils font les fines bouches et refusent d'en faire leur repas, rapporte Le Huffington Post, mercredi 6 juillet. Les pingouins "prennent le maquereau dans leur bouche, mais ensuite ils décident qu'ils ne l'aiment pas et le laissent tomber", se désole le directeur de l'aquarium, Hiroki Shimamoto. 

Et ils ne sont pas les seuls animaux à ne pas se laisser berner par ces produits de moins bonne qualité. Les loutres font aussi les difficiles. (source : rtl.fr)

On cause, on cause et je ne m'étais pas aperçue qu'il était l'heure de déjeuner, vous restez ? Je viens de tester une nouvelle recette : des grenadins de veau caramélisés aux tomates

104998958

Il vous faut : 4 grenadins, 4 grosses tomates, 2c à s de miel, 3c à s d'huile d'olive, 20 g de beurre, 4 gousses d'ail, 1/2 citron confit, 1 brin de romarin, sel et poivre

* Saisir les grenadins à la poêle puis ajouter 2 gousses d'ail coupées en deux , le beurre, sel et poivre . Laisser cuire 5 mn .

* Ajouter le miel, retourner les grenadins, verser 10 cl d'eau, remuer, ajouter du romarin, cuire encore 5 mn .

* Couper le citron confit en deux, enlever la pulpe et la hâcher avec 10 aiguilles de romarin et 2 gousses d'ail .

* Couper les tomates en deux, les disposer dans la poêle avec 2c d'huile, côté chair en bas et laisser griller 5 mn .

* Les retourner, ajouter le hâchis, cuire encore 3 mn . Présenter les grenadins entre 2 tomates .

J'ai accompagné ce plat de petits carrés  losanges de polenta, revenus dans la même poêle .

Allez, je dresse vite la table, une p'tite fleur pour faire joli ...

(source : pinterest : southernladymagazine.com)

"Petite pluie de juillet ensoleillé emplit caves et greniers" ... ben, on est mal barrés !

Et pour digérer, je vous propose une balade ... dans la blogosphère !

* elkalin (broderie, couture, patch, cuisine)

* baldessaveurs (cuisine)

* leblogdejoelino (de jolis reportages sur des expos d'art textile mais pas que ...)

Avant de se quitter, petite séance de gymnastique, enfin, gymnastique des zygomatiques ... et nous en avons bien besoin en ce moment !!!!!

(source : pinterest : lafficherie.com)

Très belle semaine ! Vous revenez jeudi ?